Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 14:43
Et l’arrêt de Sport+, on en parle ?

.

Ben non, en fait. La chaine a cessé d’émettre le 26 juin alors que l’équipe de France féminine de basket est en finale du championnat d’Europe, que l’équipe de France masculine de volley vient de remporter 10 matches sur 10 en ligue mondiale et de se qualifier pour le final four, que le tournoi de tennis de Wimbledon va commencer et bientôt l’euro masculin de basket, etc.

Encore un paradoxe : cette chaîne disparaît quand W9, sur la TNT, bat un record d’audience avec l’équipe féminine de foot.
Je m’étais abonnée à Sport+ pour tous ces sports et d’autres, au féminin comme au masculin, quand ils étaient encore peu médiatisés et que la chaîne était à peu près la seule à les diffuser.

Mais ça, c’était avant. Sport+ cesse sa diffusion et aucun média n’en parle à part une brève ici ou là. A moins que je n’aie manqué quelque chose ? Même Canal n’a pas jugé opportun d’avertir officiellement ses abonnés. Je suis abreuvée à longueur d’année de courriers postaux pour me présenter de nouvelles offres et on ne me dit pas qu’une de celles pour lesquelles je paye un abonnement (avec engagement de 12 mois renouvelable automatiquement...) s’arrête purement et simplement.

Bien sûr, ce n’est pas dramatique (quid des salariés de la chaîne ?). Aujourd’hui, l’offre devient florissante avec Canal Plus Sport, Eurosport, l’Equipe 21 et bien entendu beIN SPORTS.
Une offre variée, ce sont autant d’angles différents pour traiter le sport, les choix de diffusion, les manières d’aborder les commentaires et reportages, bref, c’est la garantie de programmes riches et concurrentiels, qui pousse chacun à être meilleur que l’autre.

Dès le début de mon abonnement à Sport+, j’avais été séduite par les commentaires des journalistes et consultants, par la façon dont étaient suivis le sport et ceux qui le font. Et j'avais râlé sur le manque de communication de Canal quand la chaîne n'a plus été accessible que via l'abonnement Canal Sat. Ça c'était bien fini, j'avais profité d'une offre, mais...

Sport+ a cessé sa diffusion le 26 juin et ça m’attriste.

 

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 14:01

Quand j'étais petite, Paul Genevay était connu. "Ton père, c'est un grand champion !". Aujourd'hui, évoquer les Jeux Olympiques de Tokyo 1964 et sa médaille de bronze au 4x100 m, c'est parler d'un temps que les moins de 20 ans... Pourtant, Laurence Facchi, professeur de sport au collège Simone Veil de Châtillon d'Azergues, n'a pas hésité à l'inviter devant ses élèves de 5ème et 3ème pour lui faire raconter cette époque. Elle nous a fait vivre une après-midi pleine d'émotion et a réussi à passionner tous les élèves. Parmi eux, Marion et Sarah, mes nièces et petites-filles de Paul... 

 

Aidée par Marion et quelques élèves, Laurence a organisé une superbe rencontre. Elle avait demandé des objets souvenirs à papa qui a rouvert son coffre aux trésors avec beaucoup de plaisir.

 

Aude (ma soeur) et moi, avions souhaité être là pour vivre encore une fois ces moments. Nous avons été accueillis dans une salle décorée aux couleurs des JO ! Des articles du "Livre Noir", des médailles, des photos... étaient accrochés sur de grands panneaux. Les chaussures utilisées par Paul  pendant les 200 m et le 4x100 des JO trônaient sur son starting block. Et au milieu, le "joyau" : la médaille Olympique... qu'il surveillait du coin de l'oeil ;).

 

En plus de la médaille, ses chaussures, des pointes Adidas, ont connu un vrai succès auprès des collégiens : 1er coureur du relais, Paul ne courait qu'en virage ; les semelles de ses chaussures étaient réhaussées d'un côté pour éviter qu'il ne se trouve trop déporté dans la courbe. Un problème qui me laisse perplexe, n'ayant jamais atteint une vitesse suffisante pour être déportée en prenant le virage sur une piste d'athlé...

 Que de souvenirs ! Tokyo 1964, Paul Genevay Photos, articles, lettres... de beaux souvenirs Tokyo 1964 La médaille Olympique - bonze - Tokyo 1964    

Pas de sport de haut niveau sans notions de bricolage...

 

Après de nombreuses recherches, Aude a réussi à récupérer un cassette vidéo (si, ça existe encore) de Tokyo Olympiades, le film tourné pendant ces Jeux Olympiques de 1964. La rencontre a commencé par le visionnage du passage où l'on voit Paul Genevay au départ de la finale du 4x100, fixant son starting-block - sous le regard médusé de la cinquantaine d'élèves présents - à l'aide de gros clous et d'un maillet ! On le voit taper à grands coups pour enfoncer les clous dans la piste. Véridique... Il faut préciser que les épreuves d'athlétisme aux JO se couraient encore, et pour la dernière fois, sur une piste cendrée (en terre battue), remplacée ensuite par du tartan puis des pistes synthétiques.

 

Dès que j'ai récupéré cette vidéo et que je peux la partager, je la mets en ligne. C'est un collector ! Côté innovation, les perches en fibres de verre faisaient leur apparition mais vous le verrez, il fallait être motivé pour vouloir retomber sur les tapis de réception d'alors...

 

Les pointes Adidas et starting-block

 

Les séances de questions/réponses ont ensuite été un vrai moment fort. Visiblement très ému de raconter son histoire devant sa petite fille et ses copains, papa s'est ensuite retrouvé près de 50 ans en arrière. Les souvenirs ont rejailli, les potes, la préparation, la vie dans le village olympique, les courses, les sensations, les émotions... Ses filles aussi étaient un peu émues de (re)découvrir leur père sous un jour tellement différent. 

 

Laurence Facchi et Paul Genevay 

Paul Genevay La passion et les souvenirs rejaillissent... Paul Genevay 

 

Après la théorie, la pratique... Laurence a réuni ses troupes sur la piste du collège. Les élèves se sont mis en tenue de sport et après un échauffement sérieux, ils se sont succédés pour courir par équipes de 2 et se passer le relai. Laurence terminait avec eux un cycle d'athlétisme et Paul a été surpris de la qualité des passages. Il s'en serait fallu de peu qu'il n'enfile un short et ses pointes pour une démo .

Quelques remarques et conseils par-ci, un regard amusé et fier sur sa petite fille par-là ("Celle qui réussit à faire du sport sans se salir" d'après sa prof), cette très belle journée s'est terminée autour d'un pot accompagné de gâteaux préparés par les élèves.

 

Marion prend le relais sous l'oeil de son grand-père Laurence Facchi et Paul Genevay donnent le départ 

Lancé de relai

 

Et je ne résiste pas, parce que cette série d'articles est une aventure familiale... voici la photo parue dans Le Progrès du lendemain, où l'on voit Paul, ses filles (Aude et Anne) et petites-filles (Marion et Sarah) :

 

Aude, Marion, Paul, Sarah, Anne

 

Et un immense merci à Laurence Facchi. Son organisation était parfaite. Sa passion et sa gentillesse ont fait le reste .

 

 

 Laurence, Paul, Marion et Aude

 

A bientôt...

Partager cet article

Repost0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 14:44

Mercredi 18 avril 2012, nous sommes à 100 jours des Jeux Olympiques de Londres ! J'imagine l'excitation mais aussi la pression monter chez tous les sélectionnés. Ils sont 126 à ce jour. 126 à garder les yeux rivés sur Londres tout en poursuivant les compétitions officielles en cours. 126 à éviter de penser à la blessure qui pourrait toujours les priver du voyage.

 

Et que dire de ceux qui se battent encore pour gagner le précieux sésame ? Les équipes féminines de basket et de handball sont sur le pied de guerre, tout comme les athlètes. En athlétisme, les sélections se dérouleront notamment lors des Championnats de France Elite, à Angers du 5 au 17 juin. Une magnifique compétition en perspective...

 

Mais revenons au siècle dernier et au fameux Livre Noir... Son ticket pour Tokyo, Paul Genevay  (papa... ) était certain de le décrocher ! Et au ton sans appel qu'il a employé, voilà 30 minutes, quand je lui ai posé la question, je peux confirmer qu'il était sûr de lui. "Les minimas étaient de 21". Aux jeux méditerranéens de Beyrouth (en 1959 ndlr), j'étais déjà descendu en-dessous avec 20"9. Un temps qui m'a permis de gagner la finale." Encore fallait-il les réaliser en compétition qualificative. Ce qu'il fit donc sans problème apparent... A Parilly, peu avant les jeux, il descendra même bien en-dessous : 20"5... avec plus de 6 mètres de vent favorable. "Il fallait freiner pour pas se casser la gueule !", ajoute-t'il hilare, chaque fois qu'il raconte cette course. Ce record ne sera pas homologué.

 

Pour courir le 200 mètres, les minima étaient obligatoires ; pour le relai, la décision revenait aux sélectionneurs. Les 4 principaux coureurs ont été rapidement choisis. Dans l'ordre de la course : Paul Genevay, Bernard Laidebeur, Claude Piquemal et Jocelyn Delecour.

Voici ce qu'en disait, à l'époque, Robert Bobin, directeur technique de la Fédération Française d'Athlétisme.

 

Robert-Bobin-Tokyo-JO-Genevay.jpg

 

C'est drôle de lire ces articles a posteriori. Finalement, Paul a bien couru le 200 mètres. "Je n'avais aucune chance de médaille, mais je voulais au moins arriver en demi". A la question de savoir pourquoi prendre le risque de manquer de temps de récupération alors qu'il ne pense pas pouvoir gagner, je trouve la réponse étonnante ! Et d'une logique imparable. "Notre objectif était le relai. Or, c'est moi qui prenais le départ et je voulais me préparer à recevoir les ordres du starter en japonais. A vos marques, prêts, ça allait.  On your marks, set, aussi. Mais en japonais... Et j'ai eu raison. De toute façon, j'étais prêt."

 

Pour la petite histoire, le 10"4 prévu s'est soldé par un 10"3. Ca ne parait rien comme ça sauf quand on réalise que les épreuves d'athlétisme de Tokyo se sont courues sur une piste en cendrée. Le tartan de deviendra le revêtement officiel qu'en 1968 à Mexico.

 

4 Français pour Tokyo JO Genevay

 

La suite bientôt...

Partager cet article

Repost0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 12:36

Paul Genevay Tokyo 64 Portrait

 

Nous avons, dans la famille, un document sans valeur apparente mais auquel "je tiens comme à la prunelle de mes yeux", dixit mon père.

 

On l'appelle "Le Livre Noir". C'est un classeur, noir donc (pas de piège), contenant d'anciennes coupures de journaux, des lettres froissées, des photos en noir et blanc... qui retracent son épopée aux Jeux Olympiques de Tokyo en 1964. On parle d'athlétisme et la belle aventure se conclura par une demi-finale sur 200 m et une médaille de bronze sur 4 x 100 m avec Claude Piquemal, Bernard Laidebeur et Jocelyn Delecour. J'aime les histoires qui finissent bien et j'ai envie de partager celle-là.

 

Marie-Thérèse, sa soeur cadette ("la môme"), avait une quinzaine d'années à l'époque. Elle a compilé ces documents pendant la préparation, les jeux, jusqu'au retour de l'équipe. Elle a classé les télégrammes que son frère envoyait à sa famille depuis Tokyo, les lettres, les invitations qu'il a reçues (de l'Elysée à l'ambassade de France au Japon, en passant par l'Olympique Lyonnais ou encore la non moins prestigieuse mairie de La Côte Saint-André - sa ville natale en Isère)... Le tout découpé avec soin, collé sur des feuilles quadrillées et agrémenté de cartes dessinées à la main. Bref, la Môme a réalisé un travail minutieux à une période où ni les portables ni les retransmissions télévisées en direct n'étaient de mise. On suivait les épreuves à la radio et on retrouvait les photos 2 jours plus tard dans le Miroir des Sports, l'Equipe, le Dauphiné Libéré...

 

Presque 50 ans plus tard, j'ouvre à nouveau le livre. Avec mes yeux d'adulte, ces souvenirs prennent un tout autre sens et j'ai envie de le raconter, de tenter de revivre de l'intérieur toute cette aventure avec ses combats, ses doutes, ses bonheurs hors normes. 

 

Avant de commencer, une pensée pour Bernard Laidebeur, coéquipier de ce relai, décédé en 1991. Je reviendrai sur lui plus longuement dans un autre post.

 

Un record du monde ad vitam aeternam

De "Paulot" à cette époque, je sais qu'il était aussi fêtard que tenace. Et Dieu sait s'il était tenace...  D'aucun disent qu'avec une hygiène de vie plus saine, il aurait "tout cassé". Ça, on ne le saura jamais. Ce que je peux affirmer c'est qu'il a sans doute vécu là les plus belles heures de sa vie, qu'il les a vécues comme il l'a voulu et si c'était à refaire, je ne suis pas sûre qu'il changerait beaucoup de choses. Peut-être préparerait-il un peu mieux sa reconversion...

 

En introduction à ma série de posts, un article de présentation paru au moment de sa sélection pour les JO. J'ai hésité entre pas mal de docs pour commencer ma série. Une lettre envoyée à ses parents juste après la médaille ou un article incroyable d'Antoine Blondin ou etc.... Tout cela viendra plus tard, comme cette histoire de record du monde de 4 x 200 m remporté "pour l'éternité" puisque réalisé sur piste en bois et que les pistes en bois n'existent plus... Comme quoi, rentrer dans l'histoire tient parfois à peu de chose ;).

 

 Paul Genevay Sélection JO Tokyo 64

 

 

La suite... bientôt.

Partager cet article

Repost0
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 15:27

Sport_Plus.png

Depuis je ne sais plus combien d'années, je suis abonnée à Sport+ via l'offre Freebox pour 4,99 euros pas mois. J'aime beaucoup cette chaîne, quasiment la seule à diffuser du volley, du hand, du basket, du hockey, etc. aussi bien masculin que féminin. Les journalistes / animateurs / consultants sont juste ce que j'attends. Là encore, des hommes et des femmes, tous passionnés, pro, parfois décalés, souvent drôles. Un ton moins emprunté, mielleux et démago que sur la plupart des autres chaînes.

 

Or... le groupe Canal a décidé de supprimer son offre, comme ça, du jour au lendemain, sans en avertir les abonnés. A l'heure de la communication tous azimuts, du mail* et des réseaux sociaux, cette façon de fonctionner me parait inacceptable d'autant plus pour un groupe qui a été en avance dans sa vision de la télé, dans ses programmes, dans le ton employé.

 

Aujourd'hui, la seule possibilité de recevoir à nouveau Sport+, c'est de m'abonner à CanalSat et plus de 200 chaînes pour 34,90 euros mensuels ("inclus : les chaînes gratuites de la TNT") + 50 euros de frais d'accès ! Ainsi, pour 199 chaînes qui ne me serviront à rien (je suis déjà abonnée à Canal+, Canal+ le bouquet... et je reçois la TNT), je dois payer 7 fois plus cher ! Impensable. Je serais prête à payer jusqu'à 10 euros pour continuer sur Sport+, mais là, 34,90 et 200 chaînes, c'est de la vente forcée ! Donc bye bye Sport+.

 

Pendant que j'essaye de digérer la nouvelle, je ne peux quand même m'empêcher de penser que Canal fera un geste pour ses abonnés. Quel est l'intérêt de perdre cette audience ? Sont-ils tellement persuadés que nous allons tous nous ruer sur l'offre CanalSat ? Je suis également étonnée du manque de réaction des commentateurs de Sport+. Pas un mot là-dessus... à moins que je n'aie raté quelque chose.

 

Donc j'attends maintenant la nouvelle offre adaptée du groupe Canal. Que voulez-vous, c'est mon côté fleur bleue. Je préfère les histoires qui finissent bien.

Partager cet article

Repost0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 13:10

Nous sommes en finale de la coupe du monde de rugby 2011. Pendant le Kapa o Pango, les Bleus franchissent la ligne médiane du terrain pour affronter les Blacks dans le blanc des yeux… et vont ainsi écoper d'une amende !!

Mais on s'en fiche pas mal parce que cette finale, qu'elle était belle ! Autant le début de la compétition a été "poussif", autant ce dernier match…

Pour être tout à fait honnête, quand les Bleus ont dit qu'ils prévoyaient "quelque chose" pendant le Haka, je craignais un peu le ridicule, qu'ils aillent trop loin… Oui, j'étais à fond derrière cette équipe de France et j'espérais vraiment une victoire. Non, je n'avais pas confiance en eux à 100%, en leur capacité de réaction. Et je suis ravie qu'ils m'aient donné tord. Et avec quel panache !

Il est presque 10h en France. Les hymnes français et néo-zélandais viennent de retentir. Les Blacks se positionnent pour le Kapa o Pango. Soudain, les caméras changent de place. A partir de là, ce sont les français, les héros…

 

Quand l'équipe s'est placée en formation, façon escadron de la Victoire, et qu'elle s'est avancée comme un seule homme pour braver ces Néo-zélandais sur leur terre, sur leur terrain, dans leur propre camp… j'ai pleuré !

 

 

 

 

Ce qui rend ce moment plus fort encore, c'est qu'ils ont assumé et enchaîné avec un match d'anthologie. L'engagement a été le maître mot, comme l'abnégation, l'envie, la classe. Ils méritaient de gagner ce match. Même si les Blacks ne méritaient pas de perdre cette coupe du monde. Le dilemme est cruel…

Alors encore une fois, merci les Bleus ! Vous resterez dans l'histoire. Bravo à vous !

Et vivement dans 4 ans. Parce qu'être champions du monde en Angleterre, ça peut aussi avoir de la gueule ;-)

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:13

J'ai écrit samedi un tweet et je me dis que j'ai eu tord, vu l'évolution du schmilblik !! Et oui, personne n'est parfait

 

Je regrettais alors l'agressivité de Marc Lièvremont  envers un journaliste, lors de la conférence de presse d'après match France / Nouvelle Zélande. Le sélectionneur reprochait au journaliste de l'emmerder avec ses questions et je m'énervais de le voir mépriser autant son vis-à-vis. Ma critique ne touchait pas au fond des propos mais à la forme. Quand on ne veut pas d'exposition médiatique, le curling semble plus approprié que le rugby.

 

Puis, autres conférences de presse, et là, on tombe sur un véritable acharnement contre sa personne. Les mêmes questions reviennent inlassablement (son avis sur la performance individuelle de certains joueurs, son comportement en conf...), alors que Lièvremont a bien spécifié qu'il n'y répondrait pas.

 

Et c'est pénible. Dans ces circonstances, nous, spectateurs, supporteurs, passionnés, nous n'avons plus de véritables infos. Nous assistons impuissants à des joutes verbales sans intéret, pour savoir qui cèdera ou craquera en premier. Et le rugby n'est plus tellement le sujet central.

 

Je suis parfois critique envers l'équipe de France parce que j'aime cette équipe, ce sport, que la Coupe du Monde est un rendez-vous tellement énorme… Donc oui, j'attends beaucoup des bleus. Mais je reste supportrice fidèle.

 

Alors avis aux rédactions : je propose que l'on envoie dorénavant plus de femmes journalistes sur ces évènements médiatiques. Cela nous évitera toutes ces guerres de quéquettes…

 

 

ALLEZ LES BLEUS !!! 

 

A très bientôt...

@Anne_AGathe

Partager cet article

Repost0
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 18:16

Aujourd'hui, même si mon post s'adresse essentiellement à Jean-François Coux, il ne parlera que très peu de sport. Ce sera plutôt une analyse socio-psychologico-philosophico-sexo-culturelle. Lisez la suite, vous comprendrez mieux. Et le sexo, n'en attendez pas. C'est juste pour le référencement du blog 

Ceux qui suivent le rugby et mon blog (super bien référencé, donc) connaissent Jeff. Pour les autres, c'est un (très bon) joueur de rugby, un (jeune) homme adorable, qui après 13 saisons au CSBJ vient de signer au SU Agen. Dans une interview à Rugbyrama, il affirme vivre ce changement "avec un mélange d'appréhension et d'excitation. C'est un vrai voyage pour moi, je vais dans le sud ouest, dans la région du rugby."

Le mot est lâché, le Sud-Ouest !!! Alors Jeff, cet article est pour toi ! Et pour tous ceux qui, un jour, ont débarqué avec armes et bagages dans cette région pour ne plus en repartir.
Oui, je suis passée par là avant toi, c'est pourquoi je me permets de te donner quelques conseils de survie dans ce monde parfois…. surprenant !

Le premier matin, quand tu te lèveras pour acheter des pains au chocolat pour ta petite famille et que tu demanderas qu'on te les mette dans un sac en papier, ne sois pas étonné si la boulangère te regarde avec des yeux ronds ! Ici, dans le Sud-ouest, on mange des chocolatines que l'on ramène à la maison dans une poche. Même chose au supermarché. Ne compte pas y trouver du jambon blanc, du jambon cru ou des travers de porc. Ici, c'est du jambon d'York, du jambon de pays ou des coustelous. Tes courses, c'est aussi dans des (pas dans tes…) poches que tu les ramèneras !! Puis tu les mettras dans la malle parce que là, les voitures n'ont pas de coffre. Et ne roule pas comme un tabanard en rentrant !

 

Chocolatine ou pain au chocolat

 

J'habite à Toulouse, tu seras à Agen. Pour moi, l'affaire a donc été simple. Alors que toi… oh pôvre ! Tu es au milieu… pile entre Bordeaux et Toulouse. Et là, tu vas devoir choisir, parce que ce n'est pas Toulouse et Bordeaux. C'est Toulouse OU Bordeaux. En langage plus compréhensible, c'est Saint-Etienne OU Lyon. Tu vois de quoi je parle ??!!

Eh bé, tout cela n'est pas toujours facile. Tu auras largement le droit de rouméguer, boudu !

En revanche, quand tu décideras de faire un apéro avec les copaings, là, tu verras, ce sera quelque chose.  Ici, on sait toujours quand ça commence. Jamais quand ça finit.

En tant que rugbyman, tu seras très sollicité. Sache que si quelqu'un te parle et que tu ne comprends rien, ce n'est pas forcément un étranger. Cela peut aussi être un Ariégeois, un Aveyronnais, ou encore un Audois (spéciale dédicace à Caro, Isa, Véro et les autres  ). Ce que tu entendras, ça s'appelle un accent à couper au couteau. En même temps, eux te diront que tu bouffes toutes les fins de mots et que tu es incompréhensible. C'est de bonne guerre… mais ne te laisse pas impressionner !

Et ne compte pas leur expliquer, ça fait 10 ans que j'essaye sans résultat… Wouahou, 10 ans déjà. A bisto de nas, il m'a fallu 2 ans pour me sentir bien, ici. Plus le temps passe, plus j'adore cette région, la mentalité, la qualité de vie, la cuisine. Tu verras que les gens qui l'habitent sont chaleureux et accueillants. Et j'ai de vrais amis ici, toulousains, gersois… et même aveyronnais, ariégeois, audois, tarnais… . Comme eux, j'achète des chocolatines, j'ai toujours des poches dans la malle, je fais attention à ce que rien ne se renverse, sinon, ça pègue, etc. etc.

 

Mon canard

 

Une fois le barrage de la langue franchi et les coutumes locales intégrées, on ne repart plus du Sud-Ouest….

Bonne chance à toi Jeff. Je te souhaite beaucoup de réussite et de bonheur dans ta nouvelle région, et je ne doute pas que les agenais sauront t'accueillir à bras ouverts, comme tu le mérites. Tu vas les espanter !

A très bientôt

@Anne_AGathe

Partager cet article

Repost0
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 18:43

Parce qu'il n'y a pas que le rugby dans la vie, je suis allée, hier soir, voir le match de hand de Toulouse contre Tremblay-en-France. Soit dit en passant, c'est drôle, ce nom, quand même… en France.

Pour avoir vu pas mal de matches du THB cette saison, je vous garantis qu'il faut de la constance... A mon avis, on avait atteint un sommet contre Dunkerque, en coupe de France où (vu de l'extérieur…) les joueurs semblaient à la fois dépassés et démotivés. Pas de fond de jeu, pas d'agressivité, pas de patron. Bref, pas d'âme… Mais je continue à y aller, parce que j'aime le hand, qu'il y a dans l'équipe pas mal de bons joueurs, des jeunes prometteurs, que le gardien est Douda Karaboué (gardien de l'équipe de France - je précise au cas où mes copines qui n'y connaissent rien me me lisent  ). Et oui, je critique un peu, mais je suis à fond derrière l'équipe, qu'on ne s'y trompe pas !

Comme d'habitude, au Palais des sports, quand on est le public lambda, on se retrouve avec une barre devant les yeux.

Toulouse -Chambéry

 

La photo, là, c'est contre Chambéry, plein tarif… Sans commentaire ! Bref, j'arrête de me plaindre...

Parce qu'hier soir, le miracle a eu lieu ! J'avais toujours des barres devant les yeux, mais j'ai quand même entraperçu Dieu, en la personne de Jérôme Fernandez… J'en rajoute à peine . Je ne suis pas super calée, techniquement, en hand, qu'on soit bien d'accord. Juste une amatrice avisée. Mais là, franchement, que du bonheur.

Déjà, un monde fou aux alentours et dans la salle ! A l'entrée de Fernandez sur le terrain, pour son premier match à domicile avec le THB, le public a donné de la voix comme jamais rarement. Et le match a commencé. Un match à enjeu puisque Toulouse-en-France-Aussi joue actuellement son maintien dans l'élite.

Une défense sérieuse et agressive, des joueurs déterminés, je n'en croyais pas mes yeux. Et Fernandez (oui, je me répète, mais bon, c'est Fernandez...) s'est affirmé en véritable patron, en leader. Ce mec a tout compris du rôle qu'il a à jouer dans le club. Aussi bien sportivement qu'en dehors du terrain. Et visiblement, il est là pour s'investir à fond. Pendant le match, il reste attentif à ses coéquipiers, exhorte le public – qui le suit comme un seul homme - à faire plus de bruit, prend ses responsabilités au tir dans les moments difficiles.

 

Certes, il paraissait "légèrement" tendu, voulait peut-être trop bien faire pendant cette rencontre particulière. Comme ce pénalty manqué alors que le public l'acclamait. Quelle pression il devait avoir ! Même s'il en a vu d'autres, cela prouve qu'il est toujours humain, le capitaine des Experts… N'empêche que c'est lui, à 15 mn de la fin et alors que Tremblay vient de passer devant Toulouse-en-Pays-Occitan, qui marque un but décisif.

Même Daouda Karaboué a semblé tout revigoré quand il a dansé la samba, après un bel arrêt en fin de match. Ok, en Côte d'Ivoire, je ne suis pas sûre que ce soit la samba qu'ils maîtrisent le mieux mais bon, suis pas très calée en danse non plus… Le bémol pour le portier, c'est que maintenant que la défense retrouve son organisation, il ne se prend plus trois-quart des tirs à bout portant. Il sera donc moins bien entraîné pour son prochain match avec l'équipe de France. Vous me direz que pour l'instant, on s'en fiche, le sujet principal reste le maintien du THB en première division.

Et ça semble bien parti puisque Toulouse-en-Midi-Pyrénées a gagné 28-26 .

 

 Oups, je le sens, les puristes, les techniciens vont hurler : je n'ai pas parlé d'Anouar Ayed et de ses 7 buts, ni de Valentin Porte qui prend beaucoup d'envergure au fil de la saison, ni de Jonathan Roby, toujours très présent, ni de tous les autres… Heureusement, certains le font beaucoup mieux que moi :


Un compte-rendu du match ici
Toutes les infos du THB

Prochain match, jeudi 26 mai, à 20h30 contre Dunkerque. J'y serai… si vous y allez, faites-moi signe

 

Un dernier mot avant de partir, pour Tremblay-en-France qui joue le match aller de sa finale de coupe d'Europe, dimanche, contre les allemands de Gummersbach ! Bon match à eux, on croise les doigts pour le titre...

 

 

@Anne_AGathe

Partager cet article

Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 17:03

C'est maintenant à mon tour de vous raconter la façon dont j'ai vécu le LiveTweet organisé par " Ensemble avec le XV " et Orange, pour la dernière journée de phase régulière du Top 14.

Quand @pocarles m'a contactée pour me proposer de live tweeter le match Bourgoin – Biarritz, puis qu'@avecleXV a confirmé ma participation, j'ai juste été ravie !


Quand la date fatidique s'est approchée, ça s'est gâté..... Qu'est-ce que j'allais bien pouvoir raconter ? J'adore le rugby, le sport en général, mais de là à passer pour une fine technicienne, spécialiste de l'analyse à chaud...

Bref, sous la pression de @femmedejoueur, je décidais de faire des fiches que j'apprendrai par cœur ! Dans mes rêves... Au final, je suis allée au stade "en short" (vous ne m'avez pas vue ??? ), juste avec mon plaisir d'être là et la volonté farouche de le faire partager !


Mon accréditation en poche, j'ai commencé par un tour du propriétaire. J'avais facilement 2h devant moi !!! Il y avait déjà un monde fou à " Pierre Rajon". La plupart des spectateurs étaient en tenue et/ou maquillés Ciel et Grenat, on se serait cru en phases finales... Les Biarrots n'étaient pas nombreux, mais bien visibles et bien audibles ;).

 

Indien mascotte BO


En tribune de presse, les journalistes ont été très curieux de me voir débarquer. J'ai dit bonjour poliment, je me suis assise... "Attention, mademoiselle, ici c'est la place d'un JOURNALISTE qui assiste aux rencontres depuis TRES longtemps ! Ici aussi..." J'ai immédiatement regretté d'avoir séché les cours de divination.

 

Avec mon plus grand sourire, j'ai présenté mes excuses et demandé à quel endroit je pouvais m'installer pour ne pas gêner. Finalement, je me suis retrouvée en plein milieu, entre les journalistes de Midi Olympique et le superviseur du match. Aux premières loges ! La classe


Je vous passe la discussion sur Twitter et "le nouveau journalisme" quand ils ont su pourquoi j'étais là et qu'ils ont vu ma super Samsung Galaxy Tab, offerte par Orange pour l'occasion !! Entre temps, les tribunes s'étaient remplies : Rajon avait encore fait le plein…Une personne a amené les feuilles de match, les joueurs sont entrés sur le terrain et la rencontre a débuté.


Et alors là !!!! Le temps s'est accéléré comme jamais. Tout me semblait aller à une vitesse folle, impossible de tout raconter, difficile d'interagir avec ma TL (Time Line pour les non initiés : les personnes dont je suis les tweets et qui suivent les miens, pour faire court...), j'étais aussi frustrée de ne pas pouvoir suivre les tweets de mes acolytes @pocarles, @femmedejoueur, @jcverdie, @lryo17, @juliengautier et @casanovagregory, affairés sur les autres stades.


Puis, j'ai trouvé mon rythme. Enfin je crois ?! Vous me direz…  La ferveur des supporteurs berjalliens et le combat mené par les joueurs pour montrer qu'ils méritent mieux que leur sort, a tout emporté. Que de moments d'émotions ! Les rugissements du public pour souligner une belle action, les broncas pour signifier son désaccord avec l'arbitre, la standing ovation  de plusieurs minutes pour saluer la sortie d'Olivier Milloud et Julien Frier, 2 joueurs "historiques", qui portaient le maillot de Bourgoin pour la dernière fois. Et l'explosion du stade sur l'essai de Genevois. Avec les tripes, je vous dis.

 

Milloud-Frier

 

J'ai twitté, pendant le match, que j'avais presque les larmes aux yeux et c'était vrai...

 


Tout y est passé, même l'appel à la piscine : à Rajon, l'une des tribunes, côté poteaux, se situe tout près de la piscine municipale. Il se dit que lors d'un match contre Toulouse (rien que ça…), la mêlée berjallienne avait tellement dominé sa rivale qu'à chaque poussée, les toulousains manquaient se retrouver… dans la piscine, comme l'avait souligné, avec un fair-play très anglais, le speaker de l'époque…. Pardon pour nos amis britanniques


A la fin du match, comme de coutume, le public a envahi la pelouse. C'est une tradition qui, hélas, est en passe de disparaître alors qu'à ma connaissance, tout s'est toujours très bien passé à Rajon, sans incident, dans une ambiance bon enfant. Pas besoin de stadiers ronchons en Berjallie !

 

Public pelouse


Un dernier tour de stade avant de partir, pour saluer les anciens, comme Pierre Raschi, capitaine emblématique du XV berjallien,  et aller boire un verre sous "le chapiteau"... mais là, on sort du Live Tweet...

 

Pierre Raschi


L'adage dit que "les grands clubs ne meurent jamais". Pourtant , ce sera certainement très difficile, pour Bourgoin de retrouver l'élite. Les freins ne seront pas sportifs mais financiers. Avec, à 40 km, le LOU en Top 14 et Grenoble qui pousse derrière, comment attirer les sponsors ? Le "meilleur public de France" est un atout mais ce ne sera sûrement pas suffisant. Quoi qu'il en soit, j'espère sincèrement que nous retrouverons le CSBJ en bonne position, rapidement. Amis sponsors, si vous me lisez


Je ne voudrais pas finir sans un mot pour Jeff Coux (@jeffcoux)  qui nous a fait partager un peu de ses impressions, la semaine précédant le match. Jeff était alors déchiré entre la préparation de cette rencontre un peu spéciale et les choix qu'il devait faire concernant sa carrière et son avenir. Mais je lui consacrerai un post spécialement pour lui souhaiter la bienvenue dans le Sud-Ouest puisqu'il a finalement signé à Agen…


En conclusion, je me répète, mais tant pis… j'ai ADORÉ participer à ce Live Tweet et j'espère sincèrement que l'opération se renouvellera (avec moi ). Merci beaucoup à @pocarles, @avecleXV, Orange et  Ensemble avec le XV. Et une grosse bise à @femmedejoueur, @jcverdie, @juliengautier, @casanovagregory et @lryo17.

 

Et au fait, c'est Biarritz qui a gagné (22-18) et assuré sa qualification pour les phases finales.


A très bientôt (promis, la prochaine fois je serai moins longue...)
@Anne_AGathe

 

A lire aussi le compte-rendu de @femmedejoueur, d' EnsembleavecleXV et de @lryo17

Partager cet article

Repost0

  • : Elle aime le sport
  • : Berjallienne d'origine (Ruy !) à Toulouse depuis 2000. Ma petite agence de comunication créée en octobre 2008 : AGathe ze com'. Mes autres passions : le sport et l'écriture. N'hésitez pas à partager-là vos avis, humeurs, commentaires... A très bientôt
  • Contact

Retrouvez-moi sur Twitter

twitter-bird-2

 

    @Anne_AGathe

Recherche